Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 13:00
Le jeudi 17 avril, je suis allée visiter des temples et j'ai commencé par le Temple des Lamas ou Lamaserie Yōnghégōng (Palais de l'Harmonie éternelle ) qui est le plus grand  temple boudiste Tibetain de Pékin (Beijing). Situé au nord-est de la partie centrale de la ville il est a proximité du Temple de Confucius (KongMiao) et de l'Autel de la Terre (Gong Yuan). Le temple est établi autour de cinq cours qui se succèdent en long.

 

Le Palais de l'Harmonie éternelle

Le Yōnghégōng était, au dixhuitième siècle, la résidence du prince impérial Yong, fils de l'Empereur Kangxi de la dynastie Qing. Selon la tradition, les fils de l'empereur étaient élevé par leur mère, restaient auprès d'elle pendant leur enfance. A l'âge adulte, ils devaient quitter la Cité Interdite. Celui qui devait succéder à son père, se faisait construire un palais et s'y installait avec ses femmes, ses enfants et sa suite, en attendant son accession au trône.

Les travaux de construction ont commencé en 1694 sous la dynastie Qing pour le prince Yong. A la mort de son père, en 1722, il quitta le Palais de l'Harmonie éternelle, et devint empereur sous le nom de Yongzheng. Lorsque l'Empereur alla s'établir dans la cité, il fit don de son palais aux moines. C'est pourquoi le temple a des toits en tuiles jaunes. Après l'accession de Yongzheng au trône en 1722, une partie du palais a été convertie en Lamaserie par des moines de bouddhisme tibétain.  Les premiers Lamas s'y installèrent en 1732. Après la mort de Yongzheng en1735, son cercueil a été placé dans le temple.

 








 

 

 

 






Le Temple des Lamas

L'avant cour transformée de nos jours en jardin précède l'Entrée principale menant à la première cour, elle contient deux majestueuses horloges appelées la Tour du tambour et la Tour de la cloche, ensuite vient la première salle de culte, la Salle des Rois Célestes puis vient la Salle de l'Eternelle Harmonie abritant des statues des Bouddhas du passé, du présent et du futur et de dix-huit statues de "Luohan" en bois doré d'époque Yuan. Dans la Salle de l'Eternelle Protection,dans la troisième cour, trois autres statues monumentales, celle du Bouddha de la médecine à droite, celle du Bouddha de la longévité au centre et à gauche celle du Lama qui initia l'Empereur QianLong (1736-1796). La cinquième et dernière cour donnant sur le Pavillon des Dix-Mille Bonheurs; un bâtiment s'élevant sur deux étages abritant un Matreya (Milefo en mandarin), colossale statue du Bouddha de 18 mètres de haut taillé dans un seul tronc de Santal que le septième Dalaï-lama offrit à l'Empereur QianLong. Une des statues représente un Bodhisattva debout, de douze mètres. Différents bâtiments abritent toutes les formes de Bouddha et Bodhisattva typiquement tibétaines.

 

  chine-260.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Le temple des Lamas est actuellement un lieu de prières et de méditation. Les cérémonies religieuses tibétaines y sont toujours pratiquées par des moines Tibétains Han. Dans le temple des milles Bouddhas, au centre, une statue en bois de santal représentant Bouddha d'une hauteur de 18m. Vous verrez également une représentation du Mont Sumeru qui d'après la tradition Bouddhique représente le centre du monde. Dans les différentes salles, des représentations de la réincarnation de Bouddha et de ses disciples.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une ambiance calme de prière, avec de l'encens qui brûle. Des Lamas qui vont et viennent dans le temple. Des statues pour protéger, effrayer les monstres. Le lieu est plein de vie mais loins de la frénésie de la ville. Une annecdote qui sort de la spiritualité : le Bouddha de 18 mètres est dans le guide des records.

 

La journée des temples suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Heol - dans Chine
commenter cet article

commentaires

Qu'est-Ce?

  • : Et quoi d'autres...
  • Et quoi d'autres...
  • : Tel le vent qui nous emporte ici et là, le blog propose des sujets pour les curieux de tout et de rien. Il y a toujours quelque chose à apprendre.
  • Contact

Qui Est-Ce?

  • Heol
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.

Et Quoi D'autre