Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 18:33
Le téléphone sonne et la nouvelle tombe sans appel : Nous ne te verrons plus. Elle se répand parmi nous la nouvelle... Le temps de comprendre, le temps s'est arrêté... Le lendemain nous nous demandons est ce un mauvais rêve ou la réalité? Le ciel est gris, il pleut et la pluie coule sur nos joues. Nous nous sommes tous rassemblés pour te souhaiter bon vent... Pour ton voyage, des fleurs, le livre que tu aimes particulièrement, les vêtements que nous avons l'habitude de te voir porter, des airs de musique et les sanglots longs du violon... Le temps de la tristesse doit céder la place tôt ou tard à la vie... déjà un rayon de soleil apparait. Tu es partie comme tu es rentré dans nos vies ; soudainement. Tu apportais du bonheur autour de toi comme un arc en ciel. Ton rire résonne encore dans les airs comme une mélodie. Tu aurais aimé que nous nous réjouissons malgré ton départ. Tu aurais trouvé la plaisanterie pour nous faire rire. Là où tu es, nous pensons bien à toi... tu resteras dans nos coeur... Partie un jour vers d'autre horizon : trop rapidement... Eternellement dans nos coeurs et nos esprit. Gaieté ; nous emportant dans un tourbillon de vie. Générosité envers les autres et de donnant entièrement. Y a- t'il meilleur souvenir?

Arivederci, good bye, auf widersehen, kenavo hag trugarez vraz...

Partager cet article

Repost 0
Published by Heol - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Qu'est-Ce?

  • : Et quoi d'autres...
  • Et quoi d'autres...
  • : Tel le vent qui nous emporte ici et là, le blog propose des sujets pour les curieux de tout et de rien. Il y a toujours quelque chose à apprendre.
  • Contact

Qui Est-Ce?

  • Heol
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.

Et Quoi D'autre