Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 18:01
C'est un roman d'Amitav Ghosh, Indien qui est un historien et anthroplogue. Il a reçu le prix Médicis étranger pour Les feux du Bengale, le prix Arthur C. Clarke pour Chromosome de Calcutta et pour ce livre, le grand prix de la fiction Francfort.
Dans Le Palais des mirois, le lecteur suit les péripéties de Rajkumar, et la suite royale Birmane dont leur route se croisent tandis que le Royaume de la Birmanie chute, et que l'Inde demande l'indépendance. Leur destin les malmènent, ils le combattent à leur manière pour survivre et leur dignité.

En l'espace d'un roman, nous nous remontons le temps et nous voyageons à travers l'Asie (Birmanie, L'Inde et la Malaisie).
 

Extrait du livre Le palais des miroirs

[Il était dans un jardin, à portée d'un canal étincellant : l'air était soudain clair et frais, sans la moindre poussière. Les portes du palais étaient orientées à l'Est : c'était de cette direction que venaient les visiteurs officiels, empruntant le sentier cérémonial qui menait au pavillon aux miroirs où le Roi donnait audience.]

...

[La salle était très vaste et ses murs comme ses piliers étaient recouverts de milliers d'éclats de miroir. Des lampes à huile flamboyaient dans des appliques murales et la pièce entière paraissait en flammes, chaque surface reflétant des étincelles de lumières dorée.]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qu'est-Ce?

  • : Et quoi d'autres...
  • Et quoi d'autres...
  • : Tel le vent qui nous emporte ici et là, le blog propose des sujets pour les curieux de tout et de rien. Il y a toujours quelque chose à apprendre.
  • Contact

Qui Est-Ce?

  • Heol
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.

Et Quoi D'autre