Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 17:38

Chroniques de l'oiseau à ressort est un roman du Japonais Haruki Murakami, né en 1949; son premier livre Ecoute le chant du vent reçut le prix Gunzo.


Dans un style poétique, précis, descriptif où tous les mots ont leur place; tel un historien, un investigateur, l'auteur nous emmène dans un univers implacable où il n'y a pas le droit à l'erreur, onirique et réaliste à la limite du suréalisme, par sa cruauté ou son étrangeté.

Un beau jour la vie de Toru Okada bascule : un coup de téléphone d'une mystérieuse inconnue qui semble le connaitre, le curieux chant d'un oiseau invisible, la disparition du chat... les évenements s'enchainent inextricables. Il est amené à rencontrer des femmes toutes ausi étranges les unes que les autres. Sa vie prend une tournure inattendu oscillant entre réalité et rêve.


Extrait du livre Chronique de l'oiseau à ressort

[J'entendais le cri régulier d'un oiseau, ki kii kiii, provenant des bosquets du voisinage, on aurait dit qu'il remontait un ressort. Ma femme et moi l'avions surnommé "l'oiseau à ressort". c'est Kumiko qui l'avait baptisé ainsi. Je ne sais pas à quelle espèce d'oiseau il appartenait en réalité. Je ne sais même pas à quoi il ressemblait. Mais ce volatile n'en avait cure, et venait tout les jours remonter les ressorts de notre petit monde paisible.]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qu'est-Ce?

  • : Et quoi d'autres...
  • Et quoi d'autres...
  • : Tel le vent qui nous emporte ici et là, le blog propose des sujets pour les curieux de tout et de rien. Il y a toujours quelque chose à apprendre.
  • Contact

Qui Est-Ce?

  • Heol
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.

Et Quoi D'autre