Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 17:50

St. Patrick’s Close, Dublin 8, mes pas se sont arrêtés devant Marsh Libary, une bibliothèque prestigieuse à visiter.  Amateurs de vieux livres, d'ouvrages en ancien français, ou encore curieux, faîte y un détour si vous allez à Dublin.

 

La Bibliothèque Marsh, construite en 1701 par l’Archevêque Narcissus Marsh (1638-1713) fut la première bibliothèque publique d'Irlande et l’une des plus anciennes du royaume uni. Le parlement irlandais adopta en 1707,  une loi intitulée "Loi pour fonder et préserver une bibliothèque à perpétuité".


L’intérieur de la bibliothèque, datant du XVIIe siècle, est tout en boiserie avec des étagères en chêne foncé, chacune ayant un pignon sculpté et de lettres gravées surmontées d’une mitre, des grilles qui permettaient d'enfermer à clef les boxes où étaient rangés les livres en cuire, les plus précieux.  Ces livres étaient pour certains, attachés par des chaines et reliés à une baguette  qui longeait les étagères. Ce décor n'est pas sans rappeler Le nom de la rose . Pour assurer la protection de l'état des livres, et des boiseries, les photographies sont interdites.

 

irlande-072.JPGIl y a quatre collections principales constituées de 25 000 livres concernant les XVIe, XVIIe, et début du XVIIIe siècles. Elles comportent une collection d’œuvres liturgiques, théologiques. L’ensemble de ces collections comprend des livres sur la médecine, la loi, les sciences, les voyages, la navigation, les mathématiques, la musique, l’arpentage et la littérature classique. Une pièce est spécialement réservée aux livres et périodiques consacré à l’histoire de l’Irlande.


1 La collection la plus importante est celle d’Edward Stillingfleet (1635-1699), Archevêque de Worcester, une acquisition de presque 10 000 ouvrages. 

2 L'archeveque Marsh légua à cette bibliothèque, une grande partie de sa collection. Il avait accumulé des ouvrages en hébreu, arabe, turc ainsi qu’en russe, des livres intéressants et rares.

3 Le Docteur Elias Bouhéreau, réfugié huguenot qui s’enfuit de France en 1685,  confia ses livres à la bibliothèque; ils concernent la théologie et la controverse protestantes.  

4 John Stearne, évêque de Clogher, donna ses livres à la bibliothèque Marsh, comportant le livre le plus ancien qui est aussi l’un des plus beaux de cette bibliothèque : Epistolae ad Familiares de Ciceron.

En plus de ces quatre collections, on trouve environ trois cents manuscrits dont le plus important est un volume des Vies de Saints Irlandais (1400) et des livres de partitions du XVIIe siècle.

 

irlande-073.JPGLa bibliothèques Marsh possèdes quelques livres remarquables dont :

Le Rite de procession sarum qui appartenait à l’Eglise de St Jean l’Evangéliste de Dublin au XVe siècle.

La traduction en irlandais de l’Ancien Testament de l’Evêque Bedell par l’Archevêque Marsh qui fut responsable. Elle parut pour la première fois à Londres en 1685; il n'en reste plus que deux exemplaires originaux dans la bibliothèque.

Un livre de musique raffinée en tablature de luth datant de la fin du XVIe siècle .

Un poème dédié à la Reine Elizabeth d’Angleterre par Sir Walter Raleigh paraît dans un petit recueil de poésie élisabéthaine. 

Un psautier, imprimé en 1524, avec la reliure d’origine, décorée de la rose et des feuilles de vigne de la famille Tudor. A l'intérieur de la couverture, s'y trouve une indulgence délivrée par Thomas Wolsey et le Cardinal Campeggio afin d’obtenir des fonds pour la Cathédrale de Hereford.

Le Rommant de la Rose imprimé à Paris par Galliot Dupré et qui a conservé sa reliure originale.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Heol - dans Irlande
commenter cet article

commentaires

Qu'est-Ce?

  • : Et quoi d'autres...
  • Et quoi d'autres...
  • : Tel le vent qui nous emporte ici et là, le blog propose des sujets pour les curieux de tout et de rien. Il y a toujours quelque chose à apprendre.
  • Contact

Qui Est-Ce?

  • Heol
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.
  • Du signe du serpent, je suis optimiste. Je n'aime pas les nains de jardins qui sont plus grands que la hauteur requise. J'aime le moment où l'humoriste ne se souvient plus de sa réplique et improvise dans un flou artistique.

Et Quoi D'autre